Le boeuf, bon par nature

244

Les « professionnels de la viande bovine », plus précisément l’Association nationale interprofessionnelle du bétail et des viandes (Interbev), ont lancé une vaste campagne de sensibilisation du public aux nombreux bienfaits du boeuf.

Ainsi, selon les annonces presse et le site web dédié (www.leboeufbonparnature.com), le bœuf est une énergie…

  • Naturelle : « En France, l’élevage bovin contribue naturellement à la diversité des paysages grâce à l’entretien des prairies ».
  • Vitale : « En France, qui dit bœuf dit prairies pour les nourrir. Et qui dit prairies dit à la fois stockage de carbone et diversité ».
  • Essentielle : « Avec plus de 30 morceaux à cuisiner, on peut à la fois varier les plaisirs et les apports nutritionnels.  »
  • Responsable : « Nos élevages, essentiellement familiaux et générateurs de milliers d’emplois, participent activement, et de façon responsable, au dynamisme économique et social de nos régions. »

|201006_boeuf_pub.jpg|
|201006_boeuf_web.jpg|

À lire cet argumentaire, soutenu par des visuels merveilleux, on se demande ce qui pousse l’Interveb à dépenser ainsi autant d’argent… Peut-être sentent-ils leur activité menacée ?

Ah oui, c’est vrai que la consommation de viande baisse depuis 1990 et que l’élevage est aussi responsable d’un certain nombre de maux, directement (éructation, déjection) ou indirectement (via la culture des céréales pour nourrir les bêtes, énergie pour les transporter, les transformer, les conserver…) : rejet de gaz à effet de serre, pollution des eaux et des sols, consommation massive d’eau… [[Pour en savoir plus sur ce sujet, cf. le dossier « Le climat grillé par la viande » publié en septembre 2009 dans le n°59 de l’Usine à GES.]]

Plus précisément, l’Interveb nous vend le bœuf en mettant en avant le bœuf à l’herbe, qui est intéressant en montagne, là où ne peut pas faire autre chose. En réalité, l’essentiel de la viande bovine est issu de vaches de réforme élevées avec peu d’herbe et beaucoup d’ensilage de maïs et de concentrés à base de céréales et de soja à 100 % OGM. Ce système est destructeur de prairies !

Ainsi peut-on être choqué de lire des phrases comme « le bœuf est utile à la préservation de notre environnement » ou encore « En France, qui dit bœuf dit prairies pour les nourrir. Et qui dit prairies dit à la fois stockage de carbone et diversité. » ! Comme quoi, le greenwashing n’est pas réservé aux entreprises technologiques ou chimiques…

Il serait tout à fait possible de valoriser le bœuf à l’herbe pour « préserver nos prairies », consommé avec modération, disons une fois par semaine. C’est ce qui est fait en Haute-Normandie avec les « Bons repas de l’agriculture durable » dans les collèges et lycées. Mais ce système n’est pas soutenu par les instances dominantes que sont les chambres d’agriculture, qui prônent toujours l’intensification !

PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

7 − un =