[]
 
rss twitter twitter rss
sircome
17 octobre 2005

Perceptions : quelques dispositifs d’enquête

De nombreux dispositifs d’enquête existent pour tenter de recueillir les perceptions des "gens ordinaires" à propos des problématiques environnementales. Chercher à connaître et comprendre les attitudes et les comportements de la population générale ou de groupes particuliers (personnes à risques par exemple) est important en matière de communication environnementale. Les données issues de ces enquêtes sont par exemple très utiles lors de la conception des campagnes. L’objectif de ce dossier est d’analyser les principales caractéristiques de quelques dispositifs d’enquêtes sur le cas précis de la pollution atmosphérique.

Sommaire :
- Les baromètres
- Les enquêtes qualitatives
- Les livres blancs
- Sources et liens

De nombreux dispositifs d’enquêtes existent pour tenter de renseigner les rapports qu’entretiennent les "gens ordinaires" avec le problème de la pollution atmosphérique. Nous les avons répartis en trois catégories : les baromètres, les enquêtes qualitatives et les livres blancs. Pour chacun d’eux, nous allons en décrire les principales caractéristiques.

Les baromètres

Le premier dispositif d’enquête est celui de type "baromètre". Ce dispositif est issu des premières recherches sur la perception des risques menées aux USA par l’équipe de Paul Slovic. L’objectif de ces recherches était de comprendre l’opposition à la technologie (notamment chimique et nucléaire) exprimée par les citoyens américains [1]. La méthodologie développée à partir des années 1970 est toujours d’actualité : "examining the opinions that people express when they are asked, in a variety of ways, to evaluate hasardous activities, substances and technologies" [2].

Les baromètres sont aujourd’hui commandités par diverses institutions (Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire, Institut National de Prévention et d’Éducation à la Santé, Commission de l’Union Européenne...) et sont réalisés par des instituts de sondage (BVA, Credoc...). Nous avons relevé trois particularités méthodologiques propres à ce type de dispositifs :

  • échantillon élevé (au moins 1000 personnes) représentatif de la population d’un pays (ce qui permet le traitement quantitatif, statistique des réponses) ;
  • périodicité des enquêtes avec reconduction de tout ou partie des questions (permettant un suivi temporel des attitudes et perceptions) ; questionnaires fermés par téléphone ou en face à face (durée de 30 minutes environ pour l’INPES) : questions à choix multiples, hiérarchisation de propositions...
  • Les thèmes abordés dans ces baromètres sont relatifs aux activités des divers commanditaires : perception de l’énergie nucléaire, connaissances, attitudes et perception en matière de santé, perception et jugement sur la construction européenne... Cependant, il est fréquent d’y trouver des questions relatives à l’environnement, et donc à la pollution atmosphérique, signe ou conséquence du fait que les français se préoccupent de ces questions. Certains baromètres sont même spécialisés comme le "baromètre environnement EDF-DER" (Direction des Études et Recherches).

Pratiquement, le problème de la pollution atmosphérique peut être comparé à d’autres problèmes d’environnement ou de société. Par exemple :

  • "Je vais vous citer un certain nombre de problèmes d’environnement, quel est celui qui vous semble le plus préoccupant ? Le réchauffement de l’atmosphère, la pollution de l’air dans les agglomérations, la pollution des lacs, des rivières et des mers, la diminution de la couche d’ozone..." (baromètre IRSN 2000) ;
  • pour une succession de "grands risques non sanitaires mais plutôt liés à la vie en société" (la pollution de l’air, la consommation d’aliments pollués, transformés, le chômage...), la personne interrogée doit dire si elle craint chacun d’eux, pour elle même, beaucoup, pas mal... (baromètre INPES 2000).

D’autres questions concernent plus précisément le problème de la pollution de l’air ; elles portent sur une appréciation globale du problème ou sur des aspects plus précis comme les causes de la pollution ou les moyens de lutte envisageables :

  • "Pour [notre pays] dans son ensemble, êtes-vous très inquiet, assez inquiet, peu inquiet ou pas du tout inquiet au sujet de la pollution de l’air ?" (Eurobaromètre 1995) ;
  • "Je vais vous citer un certain nombre de mesures qui peuvent être prises pour diminuer la pollution dans les villes. Pour chacune d’elles, vous me direz si vous pensez que c’est une mesure très, assez, plus ou moins, pas vraiment ou pas du tout efficace : renforcer les transports en commun, augmenter le nombre de pistes cyclables, instituer un péage à l’entrée des villes..." (baromètre IRSN 1997).

Notons enfin que les sondages que l’on voit fleurir dans les médias présentent les mêmes caractéristiques à un détail près : leur aspect ponctuel (par opposition à la périodicité des baromètres). Citons par exemple les sondages BVA de décembre 1997 sur "Automobile et civisme écologique", SOFRES de février 1998 et IFOP d’avril 2000 sur la hiérarchisation des problèmes des parisiens (pollution de l’air, nombre de sans-abris, circulation...).

Les enquêtes qualitatives

La Direction Régionale de l’Industrie, de la Recherche et de l’Environnement (DRIRE) d’Île-de-France a commandé deux enquêtes de perception de ce type lors de l’élaboration du Plan Régional pour la Qualité de l’Air (PRQA) en 1998. La première enquête a été conduite par l’Observatoire des Pratiques et Représentations Sociales de l’Environnement (Oprese) de l’Institut Français de l’Environnement (Ifen), la seconde par Lorne Conseil, société de conseil en communication. Ce dispositif d’enquête se différencie du type " baromètre " sur plusieurs points méthodologiques :

  • échantillon faible (30 personnes) d’où une approche plutôt qualitative mais toujours avec une certaine représentativité de la population interrogée ;
  • enquêtes ponctuelles et relatives à une zone géographique limitée (région parisienne) ;
  • entretiens semi-directifs en face à face (30 minutes) ou réunions par groupes d’une dizaine de personnes (4 heures), personnes indemnisées (au moins dans l’un des deux cas).

Après quelques questions relatives à la qualité de la vie en général, les discussions sont très vite ramenées au thème central de ces enquêtes : la perception par la population francilienne du problème de la qualité de l’air. Plus précisément, les questionnaires abordent (extrait du guide d’entretien Oprese) :

  • la perception du phénomène : "comment la pollution se manifeste-t-elle ? depuis combien d’années ?" ;
  • le ressenti : "pour vous, comment cette pollution se manifeste-t-elle ? dans quelles occasions ? quelles gênes ressentez-vous ? Et les autres personnes de votre famille ou de votre entourage ?" ;
  • les actions et les dispositions prises : "avez-vous pris des mesures pour faire face à ce problème ?" ;
  • l’opinion sur le phénomène : "quelles sont les causes de cette pollution selon vous ?".

Ajoutons que l’aspect communication est présent dans chacune de ces enquêtes :

  • on demande aux personnes interrogées si elles sont bien informées sur le sujet, sur les mesures effectuées, sur les alertes (Oprese) ;
  • on leur demande de juger le travail des médias et de réfléchir à une communication publique pouvant contribuer à une meilleure qualité de l’air (Lorne Conseil).

Précisons que certaines recherches sur les aspects socio-politico-économiques ont été financées par différents Ministères dans le cadre du programme PRIMEQUAL-PREDIT [3]. Citons notamment : "Représentation et évaluation de la pollution atmosphérique dans la ville de Dunkerque" et "Évaluation de la sensibilisation de la population en matière de pollution atmosphérique et de risque pour la santé et identification des freins à la mise en œuvre des mesures de lutte antipollution automobile". Ces recherches font partie de cette catégorie de dispositifs d’enquête "audits qualitatifs".

Les livres blancs

La technique d’enquête des "livres blancs" consiste à laisser la parole, c’est-à-dire un espace d’écriture, aux personnes qui le souhaitent, sur un sujet d’ordre général : la pollution ou la qualité de la vie. Nous avons recensé deux opérations de ce type qui ont été menées en 1999 par la Mairie de Paris (opération intitulée "États généraux de la qualité de la vie") et en 1998 par l’Association des Maires d’Île-de-France (Amif). Les caractéristiques d’ordre méthodologique de cette technique sont les suivantes :

  • échantillon élevé (plusieurs milliers de réponses) mais non représentatif (puisque répond qui veut, plusieurs fois s’il le souhaiteéventuellement) ;
  • enquêtes ponctuelles et relatives à une zone géographique limitée (Paris, région parisienne) ;
  • une question unique, ouverte.

C’est en 1999 que les "États généraux de la qualité de la vie" furent organisés : "Un parisien, une idée. Chacun a son mot à dire pour faire progresser la qualité de la vie dans la capitale. [...] Pour ma rue, mon quartier, ma ville... voici une idée". Les feuillets ont été distribués dans de nombreux endroits de la capitale : mairies, écoles, universités... mais aussi piscines, cimetières... et publiés dans des journaux locaux. 8000 feuillets ont été renvoyés ou déposés à l’Hôtel de Ville dont environ 3600 consacrés à la pollution de l’air. Toutes ces réponses sont consultables, ainsi qu’une analyse thématique faite par le Service des Pollutions Atmosphériques - Air et Silence (SPAAS) de la Mairie de Paris [4].

C’est à l’occasion des deuxièmes assises de l’Amif, en 1998, autour du thème "Île-de-France, objectif : pollution zéro" [5] que furent disposés des livres blancs dans les mairies d’Île-de-France. La question posée était : "Et vous, que feriez-vous dans votre ville pour lutter contre la pollution ?". 200 livres ont été récoltés soit plusieurs milliers de suggestions, qui ne sont malheureusement pas consultables.

Sources et liens

Principale référence :

  • Mathieu JAHNICH (2003), Le traitement médiatique d’un risque pour la santé. Étude d’un cas : le problème des gaz d’échappement. Thèse de doctorat en Didactique des sciences et des techniques, préparée à l’UMR "Sciences, Techniques, Éducation, Formation", ENS de Cachan, 546 p.

Sites Internet :

Notes

[1] "The dominant perception for most Americans (and one that contrasts sharply with the views of professional risk assessors) is that they face more risk today than in the past and that future risk will be even greater than today’s. [...] These perceptions and the opposition to technology that accompanies them have puzzled and frustrated industrialists and regulators and have led numerous observers to argue that the American public’s apparent pursuit of a ’zero-risk society’ threatens the nation’s political and economical stability " (SLOVIC Paul, "Perception of Risk", In Paul SLOVIC The Perception of Risk, London : Earthscan, 2000 (1e édition 1987), p.220).

[2] SLOVIC Paul, op. cit., p.221.

[3] Programme de Recherche Inter organisme pour une Meilleure QUalité de l’Air à l’échelle Locale - Programme de REcherche et D’Innovation sur les Transports terrestres.

[4] Mairie de Paris, États Généraux de la Qualité de la Vie (septembre-octobre 1999), Document interne, 2000.

[5] Association des Maires d’Île-de-France, Île-de-France Objectif : pollution zéro - Actes des "2es Assises de l’Amif, Parc Floral de Paris, 23, 24, 25 avril 1998.", 1998, 128 p.

Qu’est-ce que Sircome ? | About Sircome | Contact : Mathieu JAHNICH | Informations légales | Plan du site | rss twitter twitter rss