[]
 
rss twitter twitter rss
sircome
18 avril 2013

Plus près, plus sain, plus juste

Agronomes et Vétérinaires Sans Frontières est une ONG qui défend depuis 35 ans l’agroécologie dans les pays du Sud. Elle prend aujourd’hui la parole en France pour rappeler aux consommateurs qu’une production plus saine, plus locale et plus juste est nécessaire, au Sud comme au Nord, et que nos choix de consommation peuvent faire la différence.

Agronomes et Vétérinaires Sans Frontières (AVSF) est une association de solidarité internationale qui soutient l’agriculture paysanne au Sud en mettant au service des communautés paysannes menacées par l’exclusion ou la pauvreté les compétences de professionnels de l’agriculture, de l’élevage et de la santé animale. AVSF défend notamment l’agroécologie paysanne qui permet de répondre aux défis alimentaire, environnemental, climatique, sanitaire, ainsi que d’emploi en milieu rural.

AVSF lance sa première campagne de communication avec pour objectif d’attirer l’attention d’un public sensible à la consommation bio, équitable ou locale, à la notion d’agroécologie et au maintien d’une production paysanne. Elle s’intitule « Plus près, plus sain, plus juste, c’est meilleur pour tout le monde ! ».

Frédéric Apollin, Directeur d’AVSF, témoigne :

« Notre positionnement est directement lié à notre vision globale de l’agroécologie. Le combat est le même au Nord comme au Sud ! Nous avons toute légitimité à défendre des positionnements communs, sur la défense et la promotion des agricultures paysannes qu’elles soient au Nord ou au Sud. L’agroécologie que nous défendons au Pérou, au Togo ou au Cambodge, est aussi celle que nous devons tous ensemble défendre en France : une agriculture de proximité, créatrice d’emplois sur les territoires, protectrice de l’environnement et des paysages, inscrite dans une économie sociale et solidaire, incontournable pour l’alimentation des villes et des campagnes en produits frais, sains et diversifiés. A l’heure du scandale de la « viande de bœuf » impossible à tracer, est-il besoin de rappeler à quel point ces enjeux sont primordiaux ? »

Les visuels prônent des pratiques de consommation éthique mais avec un traitement décalé, en détournant les publicités et les étiquettes auxquelles nous sommes habitués. Les voici ci-dessous accompagnés de l’argumentaire.

Sur le site dédié, vous trouverez également un quizz vous permettant de découvrir votre profil conso-citoyen et des informations très complètes sur l’agroécologie.

En tant qu’expert en communication, je trouve cette campagne doublement pertinente. Sur le fond, faire le lien entre les paysans du Sud et ceux du Nord est très intéressant et utile. Cela permet de valoriser l’engagement d’AVSF tout en sensibilisant les consommateurs. Sur la forme, le détournement des codes de la sur-consommation fonctionne bien, installe une complicité et évite la culpabilisation.

En tant que consommateur (averti), je suis en mesure de repérer certains « bons » produits grâce aux labels (commerce équitable ou bio) mais je suis plus démuni sur d’autres. Comment puis-je savoir si l’éleveur ou l’agriculteur abuse des antibiotiques ou des pesticides ? Y a-t-il des bons et des mauvais paysans ? Les petits sont-ils forcément meilleurs que les moyens ou les gros et sur quels critères ? En soulevant toutes ces questions, la campagne d’AVSF atteint l’un de ses objectifs parce qu’elle me pousse à les poser à mes commerçants !

Plus près

Acheter des fruits, des légumes ou de la viande venus de l’autre bout du monde quand les paysans peuvent les produire sur place... le monde marche sur la tête.
Au Nord comme au Sud, privilégions la production paysanne locale : avec des produits frais, disponibles et des transports limités, c’est bon pour les consommateurs, les producteurs et la planète !

Agronomes et Vétérinaires Sans Frontières Agronomes et Vétérinaires Sans Frontières Agronomes et Vétérinaires Sans Frontières Agronomes et Vétérinaires Sans Frontières

Plus sain

Les étiquettes oublient l’essentiel : au Nord comme au Sud, les petits paysans n’utilisent pas d’OGM et emploient de manière très limitée pesticides, traitements chimiques ou antibiotiques.
Une production plus saine pour les consommateurs, les producteurs et la planète !

Agronomes et Vétérinaires Sans Frontières Agronomes et Vétérinaires Sans Frontières Agronomes et Vétérinaires Sans Frontières Agronomes et Vétérinaires Sans Frontières

Plus juste

Au Sud, les petits paysans offrent des produits de qualité malgré le manque de moyens. Ils créent ainsi des emplois tout en préservant la biodiversité et les ressources naturelles de la planète.
Face à l’agriculture industrielle et aux géants de l’agro-alimentaire, ils ne jouent pas à jeu égal : payons le juste prix aux paysans qui nous nourrissent !

Agronomes et Vétérinaires Sans Frontières Agronomes et Vétérinaires Sans Frontières Agronomes et Vétérinaires Sans Frontières Agronomes et Vétérinaires Sans Frontières

2 Messages de forum

  • Plus près, plus sain, plus juste 19 avril 2013 09:59, par carokrauze

    Je suis quand même perplexe sur la réalisation de cette campagne, dont par ailleurs je soutiens le fond à 100%. 1/ Je suis perplexe sur le "concept" de petits paysans. Peut-on assurer à 100% comme cela est exprimé que plus on est petit, plus on est vertueux ? Peut-on assurer que les "petits producteurs" n’utilisent pas d’OGM ni de pesticides ? A l’inverse que tous les "gros" utilisent engrais et OGM ? Je ne sais pas. Je trouve que cela manque de preuves, de chiffres... 2/ Par ailleurs, je trouve que la campagne dit trop de choses en même temps... Il faut vraiment se plonger dans le contenu et dans les différents niveaux de messages/concepts : local, agroécologie...

    • Plus près, plus sain, plus juste 19 avril 2013 16:34, par Mathieu JAHNICH

      Bonjour Caroline, merci de partager ces réflexions. Effectivement, le concept de "petit" paysan valable pour le Sud est-il adaptable au Nord ? Est-ce un gage de bonne pratique ? Comment est-ce que cela se traduit en pratique (caractéristiques d’une "petite" exploitation, exemples concrets...) ? L’AVSF pourrait être plus précise. C’est vrai que les messages sont complexes mais il ne faut pas perdre de vue que les consommateurs ne verront pas l’ensemble de la campagne comme elle est exposée ici. Ils seront touchés par un ou deux visuels et leur visite sur le site sera sûrement centrée sur le quizz et les infos sur l’agroécologie. (Ce serait d’ailleurs intéressant de savoir si les lecteurs sont nombreux à regarder les visuels ou si ça n’intéresse que les pro de la com).

Qu’est-ce que Sircome ? | About Sircome | Contact : Mathieu JAHNICH | Informations légales | Plan du site | rss twitter twitter rss