[]
 
rss twitter twitter rss
sircome
24 février 2014

Tous les papiers se recyclent. Alors trions-les tous !

Ecofolio annonce pour l’année 2013 un taux de 49 % de recyclage des papiers en France, soit une progression de 2 points en un an. L’éco-organisme poursuit la sensibilisation citoyenne au geste de tri à travers une nouvelle campagne d’affichage qui a démarré le 17 février. Objectif : atteindre 55 % en 2016.

La campagne « Tous les papiers
se recyclent. Alors trions-les tous ! »

Un seul mot d’ordre pour cette campagne : « Tous les papiers se recyclent. Alors trions-les tous ! ». Elle se décline en 5 affiches qui mettent en scène tous les papiers, même ceux qui continuent d’éveiller des doutes dans l’esprit des trieurs, comme l’annuaire ou l’enveloppe à fenêtre. « Les visuels valorisent le geste, qu’il soit effectué à la maison, au bureau ou dans la rue, quelque soit le mode de collecte. » peut-on lire sur le site web.

Élaborée en accord avec le ministère du Développement durable et en concertation avec l’Association des maires de France (AMF), AMORCE et le Cercle national du recyclage (CNR), la campagne de sensibilisation d’Écofolio vise à faire connaître cette consigne simple et à inciter chacun à trier plus et mieux ses papiers. « Développer la connaissance des consignes de tri papier constitue un levier essentiel pour développer les tonnages collectés et ainsi atteindre l’objectif de recyclage des papiers de 55 % en 2016. »

La campagne se tiendra du 17 au 25 février 2014 et sera visible sur plus de 10 000 panneaux en France, dans plus de 200 villes et gares.

Une urne transparente sous un abribus
et une oeuvre d’art

Pendant deux jours, les Parisiens ont été invités à déposer leurs papiers usagés dans le panneau publicitaire d’un abribus situé avenue de l’Opéra, transformé en collecteur de papier grâce à une ouverture sur la glace du mobilier.

Une œuvre d’art unique, créée à partir de papiers recyclés par les artistes du collectif Zim&Zou, a ensuite été exposée au même endroit. « Ce phœnix coloré perché sur l’Opéra, illustre les nombreuses vies du papier qui peut renaître 5 fois si on le recycle ! »

Écofolio affirme que cet œuvre a été construite « à partir des papiers usagés collectés pendant deux jours ». Difficile à croire :

  • L’urne était installée les 19 et 20 février et le phénix exposé le 21 février. Wow, une nuit pour faire ça !
  • Visiblement (cf. photo), les papiers collectés sont des pages de magazines et de journaux ; ils ne ressemblent pas aux belles pages vierges aux couleurs homogènes et harmonieuses utilisées pour faire le phénix...

Ce subterfuge était-il indispensable ? Un détail diront certains.
Mais cela m’embête toujours quand une organisation raconte des histoires. L’argument « Tous les papiers se recyclent. La preuve. » est mis à mal par ce mensonge.

Cette œuvre n’est pas une preuve de la recyclabilité de tous les papiers... Elle n’a pas été fabriquée avec les papiers déposés par les passants dans l’abribus. Et puis le recyclage des papiers se résume-t-il à la création d’animaux en papier ? Réaliser et exposer ce type d’œuvres est indispensable car cela participe à changer la perception du public sur les papiers usagés et les déchets en général, et donc les comportements. Mais le dispositif et l’argumentaire déployés par Écofolio ne fonctionnent pas dans ce cas précis.

De plus, un seul mensonge, s’il est découvert, peut semer le doute sur tous les autres arguments avancés par l’organisme et sur sa crédibilité. C’est risqué. Et enfin, tout simplement, pourquoi prendre les gens pour des c... ?

3 Messages de forum

  • C’est le problème, à vouloir faire de l’information et de l’éducation, on tombre rapidement dans la démagogie et le mensonge.

    Ils auraient pu indiquer sur un écrank, ce que devenaient par la suite tous ces papiers récoltés et non faire un objet inutile et décoratif. Il n’y a aucun lien avec la réalité, ce qui risque, comme il est dit dans l’article, d’être contre-productif pour le recyclage du papier.

    La publicité, sans le phénix, est très bonne, il est nécessaire de développer le recyclage du papier. Mais il faudra développer une nouvelle manière de trier le papier, de ne pas le mettre avec les autres, contribuant à sa pollutionet à la difficulté de le trier à nouveau, ce qui coûte assez cher.

    • Tous les papiers se recyclent. Alors trions-les tous ! 3 mars 2014 10:37, par Mathieu JAHNICH

      Merci Jean-Baptiste pour votre commentaire. Oui, la campagne dans son ensemble est plutôt réussie ainsi que les précédentes d’ailleurs (notamment "Le chat a 9 vies, le papier en a 5 (pour la papier c’est prouvé)" que j’aime beaucoup).

      L’objectif du phénix était visiblement de faire un "coup" de communication. Et c’est plutôt réussi puisque l’info (et l’argumentaire) a été relayée par de nombreux sites spécialisés en communication. Mais sans aucun recul sur la pertinence du dispositif... Dommage !

      • Il y a aussi un problème qui montre aussi le fossé qui sépare la campagne de la ville. Cette idée est très urbaine, où la concentration de papiers est certes très importante mais les campagnes, je le vois bien avec mes marches de nettoyage, subissent également ce problème et là, ces campagnes semblent moins pertinentes.

Qu’est-ce que Sircome ? | About Sircome | Contact : Mathieu JAHNICH | Informations légales | Plan du site | rss twitter twitter rss