Castorama et la nature en ville : un bel exemple de greenwashing

1189

L’enseigne de décoration et de bricolage s’affiche depuis quelques jours sur les réseaux sociaux comme une marque engagée en faveur de la nature en ville. Mais nous n’avons aucun détail sur la stratégie de la marque et sur les actions effectivement mises en place. Bref, un bel exemple de greenwashing.

C’est Céline Réveillac qui a repéré ce cas d’école. Voici son analyse. Tout est dit en deux tweets !

La marque annonce sur son compte YouTube, en descriptif de la vidéo : « Chez Castorama, nous voulons libérer, encourager et faire grandir votre envie de nature pour mieux vivre ensemble. C’est pourquoi nous soutenons l’événement des 48h de l’agriculture urbaine, du 20 au 22 avril 2018. Découvrez en vidéo le dispositif événementiel étonnant, qui réveille l’envie de jardiner ! Ensemble, donnons plus d’espace à la nature en ville. www.castorama.fr ».

Mais cette vidéo a été postée le 2 mai (bien après l’opération) et le site web n’en parle absolument pas. L’engagement de la marque semble réduit à cette opération de communication digitale, qui utilise de façon abusive l’argument écologique.

Cette campagne me fait penser à celle de la marque Kickers « Venez greenioter votre ville », en 2012. Six ans après, le greenwashing est toujours là !

 

PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

2 × quatre =