Compensation et neutralité carbone : communication risquée

1100

L’annonce récente par le Ministère de l’écologie de rendre la compensation carbone obligatoire pour les voyages domestiques en avion, avec le slogan « c’est ça l’écologie dans nos vies », a généré à juste de titre de très nombreuses réactions négatives. La priorité devrait être mise sur l’évitement et la réduction des émissions, pas sur la compensation. Il est bon de rappeler les « règles de bonnes pratiques » de l’ADEME en la matière.

Ces derniers mois, les campagnes publicitaires sur les actions de compensation ou les objectifs de neutralité carbone se multiplient. Citons par exemple : « Neutralité carbone à vie en partenariat avec le WWF – VELUX Sustainability Strategy 2030 », « La Poste s’engage pour la neutralité carbone », « Le chauffage au gaz par Butagaz, c’est 100% compensé carbone, sans surcoût », EasyJet « Travel Better, Fly carbon neutral. We offset the carbon emissions from the fuel used on all our flights », « A climate change promise from Apple », « Microsoft’s Commitment to Become Carbon Negative by 2030 », etc. (cf. visuels ci-après).

Rappelons aux annonceurs et à leurs agences qu’il s’agit d’un sujet éminemment complexe sur le plan scientifique, sensible dans l’opinion publique et qui ne devrait être abordé qu’en troisième temps, après avoir démontré que tous les efforts possibles en matière d’évitement et de réduction des émissions ont été mis en œuvre.

Dans son Guide de la communication responsable (2020, pp.155-156), l’ADEME présente cinq « règles de bonnes pratiques » destinées à aider toute organisation souhaitant compenser ses émissions :

  • Règle n° 1. Faire et rendre public un bilan de ses émissions GES, des réductions et des compensations.
  • Règle n° 2. Choisir des projets de compensation labellisés.
  • Règle n° 3. Privilégier des projets présentant des approches « développement durable »
  • Règle n° 4. Définir une juste combinaison de projets soutenus sur le sol national et de projets soutenus à l’international.
  • Règle n° 5. Communiquer de manière responsable.

Sur ce dernier point, l’ADEME insiste sur le fait que « l’objectif essentiel est d’éviter toute confusion du public sur la réalité des impacts et de leurs diminutions : est notamment à proscrire tout élément de communication qui suggérerait une absence d’impact ».

Il serait bon que l’ensemble des acteurs, y compris le Ministère donc, relisent et appliquent ces règles avant d’envisager toute opération de communication sur le sujet.

Quelques exemples de publicités sur la compensation/neutralité carbone

PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

dix + dix-sept =