Hase vous fait du bien à la planète aussi  !

269

Après Optic’2000, Maud Fontenoy fait la pub de Hase : un nouveau cas flagrant de greenwashing. De surcroît, les récentes prises de positions de l’ex-navigatrice (en faveur des gaz de schiste, « ras-le-bol des écolos ») et son entrée probable en politique soulignent la difficulté pour les marques de choisir un ambassadeur « durable » 🙂

En 2013, Maud Fontenoy participait au verdissement de l’image de la marque de lunettes Optic’2000 en affirmant dans un spot publicitaire « Cette volonté de préserver ce qu’il y a de vital, je la partage avec Optic 2000 qui protège vos yeux avec la même sincérité. » (cf. analyse).

Du bien à la planète ?

En 2014, voici la même Maud Fontenoy désormais ambassadrice de Hase, fabricant de poêles a bois. Dans un spot, elle affirme :
« Il y a des moments où, seule à la barre de mon voiliers de 30 tonnes, minuscule face à l’océan, je ne rêve plus que d’une bonne chaleur enveloppante. Hase incarne les nouvelles exigences d’aujourd’hui : des poêles à bois design, performants, durables, pour le respect de l’environnement et des générations futures. Hase me fait du bien. »

L’aventure est relayée sur des panneaux publicitaires comme sur celui-ci aperçu dans le sud de la région Île-de-France. Hase affirme : « Hase vous fait du bien à la planète aussi  ! » (sic).

Il s’agit d’un nouveau cas typique de greenwashing où une marque emploie des formules vagues (durable, environnement, générations futures, planète) sans préciser les bénéfices environnementaux ou sociaux du produit ou la nature et la portée des engagements de la marque.

Quelques informations sur le partenariat, et sur les arguments mis en avant par la marque, sont disponibles sur le site web. Mais rien de très solide.

La campagne Hase – Maud Fontenoy

HASE_590.jpg

La pertinence de l’ambassadeur

Comme le disait le PDG d’Optic’2000 : « Quelqu’un qui a une belle cause, qui parle de nous en bien, c’est extrêmement valorisant, c’est extrêmement sympathique et c’est un vrai beau témoignage. ».

L’idée est donc de choisir un ambassadeur connu par le grand public et reconnu pour son engagement et ses valeurs. Mais que faire lorsque votre ambassadrice s’engage… en politique ? Maud Fontenoy pourrait figurer sur la liste que présentera l’UMP sur la grande région sud-ouest aux prochaines élections européennes (cf. La Depêche).

Par ailleurs, Maud Fontenoy a publié fin 2013 un ouvrage intitulé « Ras-le-bol des écolos. Pour qu’écologie rime avec économie. » (Éd. Plon). Et tout récemment, elle s’est clairement positionnée en faveur de l’exploitation des gaz de schistes, au nom de la création d’emploi et de la lutte contre le changement climatique (cf. Le Parisien).

Dans ces conditions, je ne suis pas convaincu que le partenariat soit gagnant pour la marque… Et vous, qu’en pensez-vous ?

maud-fontenoy.jpg

PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

15 − trois =