Le nucléaire ne réchauffe pas la planète

295

Le groupe Orano (anciennement Areva) est un acteur international de l’énergie nucléaire, centré sur le cycle du combustible (mines, conversion, enrichissement, recyclage, démantèlement). Dans une publicité, la marque affirme de manière abusive que le nucléaire « ne réchauffe pas la planète ». C’est un cas de greenwashing.

La publicité suivante a été repérée par Marie Dubois, ancienne président de l’APACOM et transmise par Céline Réveillac (GreenwashingLovers). Elle a été publiée dans le magazine Femina du 17 novembre 2019.

Une utilisation abusive de l’argument écologique (greenwashing)

Je pense que cette publicité ne respecte pas les règles déontologiques de la profession, précisément le point 6.3 de la Recommandation Développement durable de l’ARPP. Il stipule que « Dans le cas où il serait impossible de justifier des formulations globales (ex. : écologique, vert, éthique, responsable, préserver, équitable, durable, …), la publicité doit les relativiser en utilisant des formulations telles que “contribue à”. »

Effectivement, le nucléaire émet énormément moins de gaz à effet de serre que les énergies fossiles (charbon, gaz). Les données chiffrées présentées en référence dans la pub sont claires et indiscutables : une étude du GIEC prenant en compte les émissions pour l’ensemble du cycle de vie des différentes sources (rapport téléchargeable ici – p.539).

Toutefois, il est abusif d’affirmer que le nucléaire « ne réchauffe pas la planète ». Cette formulation globalisante n’est pas exacte : la construction, l’exploitation et le démantèlement d’une centrale nucléaire génèrent des émissions de gaz à effet de serre. Les émissions sont faibles en comparaison aux autres sources d’énergie, mais elles ne sont pas nulles, comme le montrent bien les données du GIEC.

La formulation devrait donc être relativisée, par exemple en écrivant que le nucléaire « contribue beaucoup moins au changement climatique que les énergies fossiles », qu’il est « faiblement émetteur de CO2 » ou encore qu’il « contribue au changement climatique aussi peu que les énergies renouvelables ».

Le visuel est repris sur le site web du groupe, dans une rubrique intitulée « Idées reçues », mais avec un autre argumentaire, qui ne pose pas problème : « Pour faire du CO2 avec du nucléaire, il va falloir charbonner » et « Le nucléaire émet 40 fois moins de CO2 que le gaz et même 70 fois moins que le charbon ».

Au-delà, il est toujours agaçant de voir les industriels du nucléaire ne communiquer que sur l’impact carbone de leur activité. Le nucléaire est certes une énergie faiblement émettrice de gaz à effet de serre, mais elle génère des milliers de tonnes de déchets radioactifs chaque année en France. Et les risques sanitaires pour les populations et l’environnement, conséquences d’un éventuel accident sur une centrale, ne sont pas négligeables. Ne l’oublions pas. Bref, une posture moins « fanfaronne » serait appréciée.

Je vais signaler cette publicité au Jury de Déontologie Publicitaire et nous verrons si les membres font la même analyse que moi.

PARTAGER

1 COMMENTAIRE

  1. La proportionnalité du message n’est pas respectée non plus selon moi :
    2 Le message publicitaire doit être proportionné à l’ampleur des actions menées par l’annonceur en matière de développement durable ainsi qu’aux propriétés du produit dont il fait la promotion.
    2.3 En particulier :
    b/ Le message publicitaire ne saurait suggérer indûment une absence totale d’impact négatif.
    >>> L’annonceur, en occultant une grande partie des impacts du nucléaire, laisse entendre que le nucléaire n’aurait pas d’impact négatif

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

12 + 7 =