Mélinda Thomaret : se dire que nous pouvons avoir une influence positive sur le monde est assez grisant !

300

Pour ouvrir le cycle de témoignages « La #comresponsable en action », voici Mélinda Thomaret, dirigeante de l’agence événementielle responsable Moakïte. « La labellisation Événementiel responsable est une première étape qui s’inscrit dans une vision à long terme car il n’y a pas de solution toute faite. C’est un cheminement qui nous pousse chaque jour à nous améliorer, à progresser dans nos pratiques, pour agir sincèrement dans une logique de développement durable. » « Cela nous oblige à faire preuve de beaucoup de rigueur, mais aussi de pédagogie auprès de nos partenaires, prospects ou clients. L’objectif étant de sensibiliser l’ensemble de nos parties prenantes à une démarche d’amélioration continue. »

En quelques lignes, pouvez-vous décrire votre parcours et la fonction que vous occupez actuellement ?  

L’événementiel a été le fil conducteur de tout mon parcours en entreprise.

J’ai travaillé une dizaine d’années au sein de groupes industriels ou de services informatiques en évoluant sur des problématiques de communication interne ou managériale, ainsi que sur des enjeux de communication externe.

Portée par un esprit entrepreneurial, j’ai créé en 2018 l’agence conseil en communication événementielle Moakïte.

À quel moment avez-vous « basculé » dans une approche plus responsable de votre métier ? Savez-vous ce qui a provoqué votre prise de conscience ?

Avant la création de l’agence, je me suis posée de vraies questions existentielles. Quel modèle d’entreprise je voulais créer ? Dans quel univers je souhaitais m’engager ? Quelles valeurs étais-je prête à défendre dans mon métier ?

L’événementiel peut dégager un aspect « paillette » que je ne souhaitais pas développer. J’étais déterminée au contraire, à lui donner beaucoup plus de sens et de profondeur.

Concrètement, comment se traduit votre engagement dans votre activité au quotidien ? Avez-vous le sentiment de faire un métier différent d’avant/des autres ?

Je me suis engagée très tôt dans la certification ISO 20121, système de management responsable dédié à l’activité événementielle. C’est un cadre de référence qui me permettait d’envisager le développement de l’agence en phase avec mes valeurs.

L’objectif étant de répondre plus efficacement aux enjeux de transition écologique tout en favorisant le progrès social et la création de richesse sur le territoire.

Moakïte a été labellisée en juin 2020. C’est une première étape qui s’inscrit dans une vision à long terme car il n’y a pas de solution toute faite. C’est un cheminement qui nous pousse chaque jour à nous améliorer, à progresser dans nos pratiques, pour agir sincèrement dans une logique de développement durable.

Cet engagement se vit au quotidien avec de nos clients. Il implique d’adopter une double grille de lecture dans les projets événementiels sur lesquels nous travaillons. Avec d’un côté, les objectifs en terme de communication événementielle et de l’autre, les enjeux en matière de développement durable.

Quelles sont les principales difficultés que vous rencontrez ? Y a-t-il des idées reçues contre lesquelles vous devez lutter ?

S’imposer un cadre telle que la norme ISO 20121 au lancement de son activité n’est pas forcément un cadeau en soi.

Cela nous oblige à faire preuve de beaucoup de rigueur, mais aussi de pédagogie auprès de nos partenaires, prospects ou clients. L’objectif étant de sensibiliser l’ensemble de nos parties prenantes à une démarche d’amélioration continue.

Nous rencontrons également des freins, le manque de temps sur certains dossiers, des habitudes de travail difficiles à faire évoluer ou plutôt des automatismes dans la façon d’appréhender un projet : mettre systématiquement de la moquette là où l’on pourrait facilement s’en passer, acheter de nouveaux matériaux alors que certains ne demandent qu’à être ré-utilisés !

Est-ce que ça coûte plus cher de faire appel à ton agence ? Est-ce que c’est un argument que tu entends souvent et que tu dois combattre et comment fais-tu ?

En terme de budget, mon agence n’a pas vocation à être plus chère qu’une autre. Par contre, nous apportons une vraie valeur ajoutée auprès de nos clients. Notre rôle de conseil prend tout son sens dans la définition du périmètre de l’événement.

Sur quel axe le client souhaite-t-il s’engager prioritairement ? Où « le curseur » doit-il être positionné dans la mise en œuvre opérationnelle de l’événement ? Flotte de véhicules électriques, alimentation 100% bio, bilan carbone de l’événement, solution de compensation… Ce sont autant de solutions qui devront être étudiées et arbitrées conjointement.

L’objectif n’est pas de cristalliser le client autour de concept préétabli, mais bien de s’engager intelligemment dans une démarche de développement durable.

Notre approche nécessite d’avoir une vision globale du dossier afin de mesurer les économies qui peuvent être réalisées d’un côté (optimisation des transports, unicité du lieu…) et de l’autre, les postes où nous ne pourrons pas faire l’impasse (achats responsables, sélection des matériaux, alimentation durable…).

À l’opposé, quelles sont les satisfactions que vous trouvez dans votre activité ? Où puisez-vous votre énergie ? Est-ce que vous aimez votre travail/activité et pourquoi ?

Notre effort n’est pas vain car il rend notre métier encore beaucoup plus riche. Lui donner plus de sens et d’authenticité, réussir à embarquer un public toujours plus large est une belle réussite. Se dire que nous pouvons avoir une influence positive sur le monde est assez grisant !

L’événementiel a d’ailleurs un vrai rôle à jouer dans la transformation de nos entreprises.

La raison d’être des organisations doit plus que jamais être associée au sens, à son utilité, à un système de valeurs partagé par tous. La communication événementielle vient précisément mettre en mouvement les individus autour d’un projet commun. En créant l’événement, nous faisons appel à l’intelligence collective, nous co-construisons avec les parties prenantes de l’entreprise, ses clients, ses collaborateurs…C’est un formidable levier pour impulser le changement et créer de nouvelles trajectoires plus durables.

Mais l’événementiel est aussi une vitrine de la société en adressant les grands enjeux de transition. Déplacements, alimentation, achats responsables, mixité, accessibilité physique et sociale… À nous de valoriser de nouvelles mobilités, de nouvelles façons d’acheter, de se nourrir ou de vivre ensemble.

Pouvez-vous nous présenter un ou deux projets/réalisations dont vous êtes particulièrement fière ?

Un projet coup de cœur avec la réalisation d’un stand pour la marque employeur d’Informatique Banque Populaire, dans le cadre du salon DEVFEST sur la thématique « Rock ’n roll ».

Une scénographie qui casse les codes associée à une démarche « Zéro Waste ». Une chouette projet qui a permis de sensibiliser aussi bien les équipes clients que prestataires au dispositif d’économie circulaire.

L’objectif initial du client était de concevoir un stand singulier avec des éléments de signalétique qui pourraient resservir au maximum sur d’autres salons. Nous avons été plus loin, en opérant à ce que l’ensemble des matériaux ou éléments de décoration utilisés intègrent le principe des 3R : Réduire, Réutiliser, Recycler.

  Stand IBP – Informatique Banque Populaire lors du salon DEVFEST2019/Thème Rock’n roll

Je peux citer également un projet d’envergure qui a réuni 700 dirigeants sur 2 jours à l’occasion des 10 ans du réseau Dynabuy en juin 2019. Un événement orienté « contenu » avec 3 plénières, 26 conférences thématiques, 1 village partenaires, un diner de Gala.

Une programmation diversifiée avec la participation notamment de Philippe CROIZON, athlète handisport, qui a permis de transmettre des messages clés auprès d’un public composé exclusivement de chefs d’entreprises. Un vrai exercice de style par ailleurs, pour intégrer les principes fondamentaux d’écoresponsabilité dans la construction de l’événement : parité sur scène, scénographie, mobilité, gestion des déchets, anti-gaspillage alimentaire… autant d’aspects sur lesquels nous avons travaillé conjointement avec le client et les partenaires qui sont intervenus sur l’événement.

Un exercice d’autant plus intéressant qu’il s’inscrit dans un plan d’amélioration continue avec une deuxième édition prévue en 2021. Travailler sur un « temps long » nous permet de prendre le recul nécessaire et d’ajuster nos actions pour des événements toujours plus responsables.

Pour terminer, avez-vous un conseil à donner ou une idée force à transmettre aux lecteurs de ce blog ?

Never Give Up !

Pour suivre les actualités de Mélinda, consultez son profil LinkedIn ou le site de son agence.

Appel à témoignages

Comme Mélinda, vous êtes engagé·e en faveur d’une communication plus responsable et vous souhaitez partager votre expérience et votre point de vue ? Contactez-moi sur LinkedIn. Votre témoignage viendra enrichir la rubrique « La #comresponsable en action » de mon site.

Master Class Communication responsable

Pour accompagner les professionnels de la communication, du privé, du public et du secteur non-marchand, Thierry Libaert et moi-même lançons un format original de formation et d’échanges : la « Master Class Communication responsable ».

La communication responsable est une communication plus sensible aux enjeux écologiques, davantage à l’écoute des habitants de notre planète, une communication qui s’interroge autant sur sa manière de délivrer ses messages qu’à leur contenu, une communication qui intègre également la notion d’urgence.

Vous souhaitez vous lancer ou progresser dans le domaine, la Master Class est faite pour vous 🙂 Découvrez le programme et les dates des prochaines sessions.

PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

18 + dix-neuf =