No Early Spray

94

Cette campagne est tirée du guide Communiquer sur le Développement Durable – Comment produire des campagnes publiques efficaces édité par le Programme des Nations Unies pour l’Environnement et le cabinet-conseil en communication Futerra.

Le Vietnam a effectué une étude qualitative et quantitative extrêmement rigoureuse avant de définir les objectifs de la communication. Cette étude a été déterminante pour mettre au point des messages originaux et utiliser des médias adaptés au public. Les points forts de l’initiative sont le feuilleton radio-phonique, l’emploi de symboles qui peuvent être compris par un public analphabète et la participation de fermiers à des talk-shows.

Poster annonçant le feuilleton radiophonique

Carte d’identité

— Nom : No Early Spray
— Envergure : Deux millions de ménages
— Organisation : Ministère de l’Agriculture et du Développement Rural ;
— International Rice Research Institute (IRRI)
— Audience : Fermiers
— Dates : De 1994 à aujourd’hui
— Budget : USD 485 000
— Thème : Agriculture durable

Descriptif de la campagne

La campagne pour réduire la consommation de pesticides s’appuie sur des messages à la radio, des brochures et des affiches, combinés à des activités sur le terrain pour encourager l’usage responsable des pesticides par les fermiers. Lors de la dernière phase de la campagne, un feuilleton éducatif a été réalisé pour la radio.

Objectifs

L’objectif de la campagne est d’encourager des réductions importantes de quantités de pesticides employées par les producteurs de riz du delta du Mékong et sensibiliser les fermiers aux problèmes engendrés par les pesticides, notamment les problèmes de santé et d’environnement.

L’histoire

Malgré l’émergence de nouveaux procédés de lutte contre les parasites, les programmes de formation des fermiers et les politiques plus strictes d’utilisation des pesticides, de nombreux agriculteurs continuent d’utiliser trop d’insecticides.

Un travail de fond a été mené sur le terrain afin de savoir pourquoi les fermiers utilisaient trop d’insecticides et de déterminer leur principal canal de communication et de dialogue. Le problème de communication venait d’une idée fausse : la quantité de riz que les fermiers craignaient de perdre s’ils n’utilisaient pas d’insecticides était 13 fois supérieure aux pertes réelles.

Après plusieurs ateliers à l’intention des principales parties prenantes, une série de messages pilotes et d’éléments publicitaires ont été mis au point. Leur style scientifique trop aride a été modifié par des journalistes de la radio locale en ayant recours à la comédie et en employant un langage plus familier. L’équipe a également travaillé sur l’identité de la campagne et créé des slogans comme « Three Reductions-Three Gains » (Trois réductions = Trois Avantages) et des symboles visuels facilement reconnaissables par les fermiers.

La radio a été choisie comme principal mode de communication en raison de sa popularité auprès des fermiers, comme l’avait montré l’étude initiale. Une série de trois courts feuilletons a intégré les principaux messages scientifiques dans des situations auxquelles les fermiers pouvaient s’identifier. Cette série a été diffusée deux fois par semaine à des heures et à des époques de l’année où le plus grand nombre de fermiers écoutaient la radio et quand les messages avaient un rapport avec leurs activités. Les fermiers ont été encouragés à faire des expériences sur leurs propres cultures en comparant la quantité de riz produite sur des parcelles traitées et sur des parcelles non traitées. La campagne radio a été soutenue par 21 000 brochures et 4 000 affiches conçues par des graphistes et artistes locaux et distribuées dans tous les villages de la région.

En 1997, 15 autres gouvernements de province avaient lancé des campagnes similaires, touchant 92% des 2,3 millions de ménage qui vivent dans le delta. Les gouvernements de province ont dépensé environ 151 000 dollars, distribué 340 000 brochures et 35 000 affiches, aménagé 1 390 parcelles de démonstration et diffusé la série environ 1 550 fois. La campagne a également généré d’autres activités imprévues comme des interviews télévisées de fermiers, des jeux télévisés sur le sujet et des animations dans les villages .

Résultats

La première phase de la campagne a été mesurée grâce à une étude de suivi. Elle a montré que la consommation d’insecticide avait été divisée par deux et que le nombre de fermiers croyant que les insecticides augmentent les rendements avait diminué d’environ 70%. Le grand succès de la campagne auprès des gouvernements de province a permis de convaincre le gouvernement national de revoir certaines de ses politiques sur l’usage des pesticides.

Fin de l’histoire ?

La campagne radiophonique est devenue un feuilleton de longue durée écrite par une équipe de scénaristes de la Voix d’Ho Chi Minh et diffusée sur deux stations. Elle a adopté une approche à la fois divertissante et éducative, déjà appliquée avec succès dans d’autres domaines comme la sensibilisation au SIDA et les changements sociaux. La série permet aux auditeurs ou spectateurs de s’identifier aux personnages qui jouent le rôle de modèles pour leur propre vie. La Voix d’Ho Chi Minh organise également un concours mensuel très populaire qui encourage la participation aux histoires racontées dans la série.

Contacts

Ministry of Agriculture and Rural Development

Department of Plant Protection (MARD)

28 Mac Dinh Chi District I

Ho Chi Minh Ville

VIETNAM

Informations complémentaires [www.irri.org]

PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

14 + dix-huit =