Nudge dans le métro : ça ne mange pas de pain

1031

La RATP se lance dans les nudge (marketing incitatif) pour améliorer la propreté dans le métro. Les poubelles sont mises en valeur de façon ludique et colorée pour encourager à en faire bon usage. Des messages sont disposés à proximité immédiate des poubelles ou sur celles-ci :

  • « Encore un pas »
  • « Ça ne mange pas de pain », « C’est pas sorcier », « Ça tombe sous le sens »
  • « Bravo », « Merci »

Des visuels et messages sont également visibles en entrée et en sortie de certaines stations. Comme ces mots de remerciement et d’encouragement posés sur les marches que l’on peut voir en montant les escaliers pour sortir de la station : « Une station plus propre… c’est aussi grâce à vous. Merci et à bientôt ! ».

Un dispositif de « signalement propreté » a également été mis en place.

J’ai aperçu ces dispositifs dans les stations Montparnasse, Denfert-Rochereau, Champs-Élysées-Clémenceau. La campagne a été lancée en octobre dernier, sur « les lignes 9 et 13 » et « dans les interconnexions les plus fréquentées ».

Article complété le 17 mai avec d’autres visuels aperçus depuis. 

PARTAGER

2 Commentaires

  1. Je partage avec vous le commentaire laissé par Morgan David (Directeur d’Analytica, cabinet spécialisé dans l’ingénierie psychologique & comportementale) sur LinkedIn :
    « Vouloir influencer les comportements autrement que par une approche carottes et bâtons est louable, mais la mode du nudge se perd actuellement dans des travers qui en font oublier la rigueur de l’approche scientifique à son fondement. Le nudge que vous montrez sur cette photographie en est pour moi une illustration concrète… Ce nudge a-t-il fait l’objet d’une mesure d’efficience afin d’en tester l’efficacité ? En dehors de l’illustration qui rend la poubelle plus saillante aux abords du quai, le contenu de ce nudge semble reprendre la forme et le fond esthétique et artistique des campagnes de communication traditionnelles. Campagnes justement décriées par leur manque de prise en compte de la psychologie des usagers et dont le nudge voulait, modestement, apporter une amélioration rigoureuse et basée sur la science.
    De manière générale, et pour digresser légèrement, l’approche nudge en France ne survivra que par un retour aux fondamentaux scientifiques rigoureux, sans quoi on le considérera rétrospectivement comme une tentative des agences de communication de se maintenir en marketant leur activité différemment. Le nudge présenté ici ne me semble pas le produit d’autre chose (mais peut-être puis-je me tromper…). »

    • Et ma réponse : « Bonjour Morgan. Je partage votre analyse : les nudges sont présentés comme une solution facile, peu onéreuse et moderne d’influencer les comportements. Mais sans étude et suivi scientifique solide (avant, pendant et après) il sera impossible d’en évaluer les impacts, de les comprendre pour corriger le dispositif ou le déployer ailleurs.
      Dans ce post je ne fais que partager l’info, sans juger de la pertinence du dispositif. »

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

trois × 2 =