Perception des risques : le climat en baisse

93

Le baromètre 2011 de la perception des risques par les Français réalisé par l’IRSN montre que la préoccupation relative à l’effet de serre diminue : elle atteint son plus faible score depuis dix ans (27 %). Cette année, ce sont les dommages liés aux catastrophes naturelles qui montrent l’évolution la plus remarquable, passant de 13 % en 2009 à 20 % en 2010.

Chaque année depuis 1988, le baromètre de l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) mesure les perceptions du public relatives aux risques naturels et technologiques. L’édition 2011 présente les réponses d’un échantillon de 1009 personnes, représentantes de la population française, interrogées au mois de décembre 2010, quelques mois avant l’accident nucléaire de Fukushima. Il faudra donc attendre la prochaine édition pour en mesurer l’impact sur la perception du risque nucléaire par les Français.

Les résultats saillants concernant l’environnement sont les suivants.

Environnement et climat : 4e et 6e du top 14 des préoccupations des Français

En 2006, la dégradation de l’environnement devenait la troisième préoccupation des Français en obtenant un score de 24 %, qui a été le plus haut jamais enregistré. Elle se situait alors à seulement 10 % du chômage et de la misère et l’exclusion. Mais depuis, on observe une croissance continue de ceux-ci (+ 10 points pour le chômage depuis 2006) et une érosion assez régulière sur la dégradation de l’environnement, qui se retrouve 26 points derrière en 2010. Les bouleversements climatiques subissent un recul analogue (13 % en 2010 après un pic à 20 % en 2007).

IRSN2011-1.jpg

Problèmes d’environnement : effet de serre en baisse, catastrophes naturelles en hausse

La préoccupation relative à l’effet de serre diminue. Cette baisse est encore plus nette quand on la compare aux autres préoccupations environnementales. Elle reste en troisième position mais a perdu 13 points depuis son maximum en 2006. Cette année, ce sont les dommages liés aux catastrophes naturelles qui montrent l’évolution
la plus remarquable, passant de 13 % en 2009 à 20 % en 2010 pour atteindre ainsi son plus haut score depuis que la question a été posée en 2004. Ceci est en lien avec le lourd bilan humain et économique des catastrophes naturelles de l’année 2010 dans
le monde (séisme à Haïti, canicule en Russie, inondations au Pakistan…) et en France (tempête Xynthia, inondations du Var). Le trio de tête des préoccupations environnementales reste néanmoins inchangé : la pollution de l’air (33 %), la pollution de l’eau
(29 %) et l’effet de serre (27 %).

IRSN2011-2.jpg

Pollution : préoccupation majeure et méfiance vis-à-vis des autorités

La pollution, une préoccupation majeure des Français : en ce qui
concerne le niveau de risque, 67 % des personnes interrogées jugent celui des pesticides élevé (3e), 65 % la pollution atmosphérique (4e), 64 % la pollution des lacs, des rivières et des mers (5e) et 60 % la pollution des sols (9e). Pour ces quatre situations, les Français
manifestent toujours de la méfiance vis-à-vis des autorités dans leurs actions de protection et dans la crédibilité des informations sur les dangers (moins de 20 % de confiance et de crédibilité), et la pollution atmosphérique voit son score de défiance vis-à-vis des autorités augmenter de 14 points en 12 ans.

Pour en savoir plus, consultez le baromètre IRSN 2011.

PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

16 − 2 =